+33 (0) 3 20 74 03 24

La sous-traitance peut être chose courante dans le monde professionnel, surtout au sein de très grandes entreprises où les pôles et les services restent assez cloisonnés. Chez les annonceurs, à moins d’avoir une équipe dédiée, c’est souvent en sous-traitant à une agence externe ou auprès de rédacteurs freelance que l’on gère les projets de rédaction web. Pour un retour sur investissement optimal entre le temps consacré et la qualité des contenus livrés, il est important de savoir rédiger un brief de production de contenu.

to do list
Pourquoi rédiger un brief de rédaction ?

Les raisons qui amènent un annonceur ou un responsable SEO à sous-traiter la rédaction web de leur site internet à un tiers sont diverses. Manque de compétences dans le domaine, incompatibilité de l’agenda (trop de travail pour s’en charger), aucune appétence pour la rédaction sous toutes ses formes… Le brief est donc là pour assurer que le client obtienne exactement ce qu’il souhaite comme contenus. Un brief de contenu est un document qui se rapproche d’un cahier des charges, il énumère toutes les consignes à suivre pour écrire des textes de qualité, aussi bien sur le fond que sur la forme.

Par ailleurs, un texte rédigé sans brief au préalable pour le rédacteur ou la rédactrice risque de ne pas être optimisé pour le référencement naturel. Même si la rédaction SEO est aujourd’hui extrêmement proche d’une rédaction web « classique », c’est-à-dire à destination des internautes plus que pour les robots crawlers des moteurs de recherche, il reste nécessaire d’établir quelques règles.

Comment rédiger un brief de contenu ?

Voici les éléments que nous conseillons d’inclure dans un brief pour la rédaction de contenus sur le web. Cette liste est exhaustive afin de guider les rédacteurs dans le but de rédiger des textes de qualité qui correspondent exactement aux attentes du client.

Informations sur l’entreprise

En introduction, présentez la société cliente pour laquelle vous travaillez. Quel est son nom de marque ? Quelles activités exerce-t-elle et dans quel secteur ? Quelle est sa cible principale et ses cibles secondaires ? Quelles sont les valeurs véhiculées par l’entreprise ? Transmettez également l’URL du site internet.

Objectifs de rédaction

Il s’agit de déterminer ici le type de texte nous nous attendons à recevoir ainsi que le template de page sur lequel chaque texte sera mis en ligne. Catégorie, sous-catégorie, page d’accueil, fiche produit, article de blog… Ces informations sont directement liées aux objectifs de rédaction. Dans quel but les contenus sont-ils créés ? Est-ce pour :

  • Informer ;
  • Promouvoir des services, vendre des produits ;
  • Améliorer la notoriété de la marque ;
  • Divertir ;
  • Créer une relation de proximité avec ses prospects ou clients ;
  • Désamorcer une situation de crise ;
  • … ?

Sujet

Quel est le sujet précis du texte à créer ? C’est également l’occasion ici de développer rapidement l’angle du contenu. Un sujet peut en effet être interprété de plusieurs façons. Pour que le rédacteur et vous ou votre client soyez en phase sur l’orientation que doit prendre le texte, il suffit d’expliquer succinctement comment tourner le sujet.

Cible(s)

La ou les cibles marketing de la société cliente peuvent être différentes du profil des lecteurs. Par exemple, sur un site e-commerce comportant une partie éditoriale, les articles publiés peuvent être écrits à destination des néophytes, donc le langage sera adapté et les explications seront vulgarisées, même si les services ou produits proposés dans la partie webmarketing du site internet s’adressent aux connaisseurs. Autre exemple : sur un site qui publie des recettes de cuisine, certains contenus seront dédiés aux vegans et végétariens, d’autres aux amateurs de viande.

Mots-clés et termes

À partir de l’étude sémantique que vous aurez effectuée au préalable, vous pouvez lister les mots-clés SEO à utiliser pendant la rédaction. N’hésitez pas à ajouter une grappe de termes qui donneront des indications aux rédacteurs web afin qu’ils ne s’éloignent pas trop du sujet, si celui-ci s’avère être polysémique ou s’il concerne plusieurs concepts. Vous pouvez également transmettre les termes ou expressions à bannir des contenus si vous en avez.

Ton et style

Définissez le niveau de langage à utiliser : soutenu, amical, technique, pédagogique… Les rédacteurs doivent-ils se servir du « nous » pour communiquer au nom de l’entreprise ? Est-ce qu’ils peuvent s’adresser directement aux internautes avec l’usage du pronom personnel « vous » ? Etc.

Forme et structure

Combien de mots ou de caractères au total, ou combien de mots au minimum avec quelle marge de dépassement, pour tel contenu ? Quelle organisation au niveau des titres, intertitres et paragraphes ? Faut-il rédiger une introduction ? Le rédacteur peut-il écrire des citations ou faire référence à d’autres sources ? Comment gérer le maillage interne ? Faut-il créer des liens externes sur des ancres textuelles ? Les balises title et meta-description sont-elles incluses dans la commande de texte ? Vous pouvez aussi en profiter pour exiger le format des livrables (document Word, PDF, …).

Pour aller plus loin : le planning

Lorsque vous effectuez une commande groupée de plusieurs textes, il peut être stratégique de partager un planning de rédaction et de publication. N’oubliez pas d’inclure les phases intermédiaires de modification des contenus si les livrables ne sont pas satisfaisants dans leur première version.

[Total : 0   Moyenne : 0/5]